Accueil Conférences Contributions Les proctectionnismes Edition Bibliographie Liens  
Les conférences/Liste des invités/Laurence Fontaine 
 
 
Laurence Fontaine 
L’économie morale  
Edition Gallimard, Paris, 2008 
 
Mars 2009
Nous avons invité Majid Rahnema, Jean Robert, Olivier Godechot, Serge Latouche, Sylvia Pérez-Victoria aux dernières séances du GAPSE.  Un socle commun à leurs travaux : l’économie peut prendre, et prend d’une façon souvent maquée à nos yeux, d’autres formes que celle du libéralisme présentée dans la pensée dominante, d’une façon angélique, comme la seule possible. 
Justement, Laurence Fontaine, historienne montre qu’au cours de l’histoire, des économies ont fonctionné sur des bases extraordinairement diverses, mêlées. Beaucoup d’entre elles, paradoxalement, au moins en apparence, s’avéraient performantes et éthiquement souvent satisfaisantes. 
A l’heure de cette crise violente, cette vision historique nous montre que certaines situations que l’on découvre, comme le blocage brutal des crédits, sont des phénomènes récurrents et non des exceptions  
Cette vision nous fait découvrir des champs du possible sur de nouvelles relations. Ainsi les prêts sur des relations de confiance ont été des pratiques courantes ; ils engendrent des espaces sociaux actuellement oubliés. 
Gageons qu’en cette période d’écroulement des modèles économiques, nous allons assister à la résurgence, ou à l’amplification, de circuits d’échanges hors normes classiques. Une redistribution des pouvoirs est à l’œuvre. 
 
Laurence Fontaine est historienne, directrice de recherche au C.N.R.S  
 
 
 
Quatrième de couverture 
Un, cinq, dix millions d'euros. Les salaires dans l'industrie financière défient la mesure. Régulièrement, les journalistes braquent leurs projecteurs sur ce phénomène étrange et fascinant, en s'attardant sur les éléments les plus sensationnels : magnums de champagne, voitures de sport, investissements immobiliers. Ainsi dépeinte, cette richesse insolente demeure un fait inexpliqué.Olivier Godechot propose au lecteur d'entrer dans les coulisses de la finance. Ce secteur est le meilleur laboratoire pour répondre à la question posée par l'irruption des working rich : comment des salaires permettent-ils d'accéder à la richesse ? 
Derrière leur apparence abstraite de prix de marché, les salaires sont aussi le résultat d'un partage : partage du profit entre les actionnaires et les salariés, et plus encore, en finance, partage de la masse salariale entre les salariés par des salariés. L'auteur montre ainsi que les travailleurs de la finance se reconnaissent des quasi-droits de propriété sur des actifs de l'entreprise (portefeuilles, clients, etc.). Et lorsque leurs droits sur une part substantielle du profit ne sont pas reconnus, ils sont en mesure de faire défection, avec l'ensemble des biens accumulés lors de leur parcours. 
Au-delà de son analyse de l'industrie financière, ce livre ambitieux invite à décrypter les nouveaux rapports salariaux et les nouvelles figures de l'exploitation dans une économie en voie de dématérialisation. Il éclaire de manière inédite les transformations du salariat et pose les questions politiques de notre temps. 
Olivier Godechot, normalien et ancien élève de l'ENSAE, est chercheur en soiologie économique au laboratoire de sciences sociales de l'Ecole normale supérieure, CNRS.
 
 
GAPSE    info@gapse.org